Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

festival-cannes

  • Cria Cuervos

    18701435_jpg-r_160_214-b_1_CFD7E1-f_jpg-q_x-20061211_022939.jpgAvec: Géraldine Chaplin, Ana Torrent

    Réalisateur: Carlos Saura (Espagne)

    Année: 1976

    Drame. Une grande maison bourgeoise à Madrid, le quotidien de trois filles suite au décès de leurs parents, élevées par leur tante peu sympathique et une grand-mère handicapée. Ana refuse le monde des adultes et reste dans ses rêves où elle voit "imagine" voir sa mère. Témoignage intéressant du franquisme, grande sensibilité quant à la retranscription du monde de l'enfance et une merveilleuse petite actrice avec de grands yeux. Le film est porté par la chanson "Porque te vas", cependant le film a tout de même vieillit et malgré une grande maîtrise, les longueurs - langueurs ennuient le spectateur. Impression mitigée. Grand prix Spécial du Jury à Cannes.

    Note: 7/10

  • Fahrenheit 9/11

    medium_18383368.jpgRéalisateur: Michael Moore (EU)

    Année:  2004

    Documentaire. De l'incontournable Michael Moore... bon alors... évidemment passionnant et terrifiant, rien qu'à voir la tête de benêt de Bush quand on lui apprend les attentats du 11 septembre, et bien incroyable mais vrai, il ne bouge pas, tétanisé, ne sachant que faire. Je vous passe les détails, c'est effectivement très instructif sur les relations plus que douteuses entre les familles Bush et Ben Laden, mais, et il y a un mais, Moore aurait gagné à être moins partisan et manipulateur (finalement lui aussi nous prend pour des cons dans une certaine mesure). Certes, c'est sa technique habituelle du rouleau compresseur, sans beaucoup de finesse. J'aurai préféré qu'il développe et explique toutes les informations dont il dispose plutôt que de s'appesantir sur une famille qui a perdu un enfant à la guerre, oui c'est affreux mais inévitable et il s'en sert pour jouer sur la corde sensible, de même lorsqu'il montre une série de clichés des Bush senior ou junior serrant la main de divers saoudiens: il n'est jamais mentionné le nom de ceux-ci (au contraire de tous les américains montrés dans le film), sont-ils tous des terroristes en puissance ou d'affreux hommes d'affaire cyniques ? On ne saura pas mais le principal est de le sous-entendre, de toute façon ils ont tous un turban et voilà. Bref, ce n'est pas un documentaire mais un film de propagande à quelques mois des élections. Pour finir sur le fait qu'il ait obtenu la Palme d'Or à Cannes, suis pas du tout d'accord, c'est dommage, Tarantino s'est servi de Cannes pour faire de la politique... et suis déçue, voilà! Car côté cinématographique, ce film n'a aucune qualité.

    J'ajoute le commentaire d'Olivier M. suite à ma chronique:

    "Pour le film de Moore, tu as un peu raison sur le ton propagandiste et militant de certaines interventions de Moore, mais tu ne soulignes pas la principale qualité du film, et sa force. Celle de rendre avec justesse le véritable visage de cette guerre, celle des bourrins américains engagés à Arab land qui finalement sombrent dans la déception et le chaos. De ces ex lycéens qui hier zonaient chez KFC ou au Mall du coin et qui se retrouvent à intervenir dans les foyers de ces femmes irakiennes, elles se faisant pipi dessus de peur, et eux tiraillés entre l'angoisse de tirer et la terreur de finir égorgés. C'est fort et terrible. Cynique. Rarement une guerre n'aura été aussi hypocrite et vaine, et aussi dévastatrice dans ce beau 21ème siècle et ses conflits civilisationnels. Aucun média à ma connaissance, ni anglais ni français ni autre, n'avait encore exprimé la dimension humaine et tragique de l'épisode Bush contre Saddam".

    Note: 7/10

  • Caché

    ce73d1eaeb9caef43adb0d6193bfea64.jpgAvec: Juliette Binoche, Daniel Auteuil

    Réalisateur: Michael Haneke (France)

    Année: 2005

    Thriller / Drame. Mise en scène dépouillée, angoisse qui s’installe avec des cassettes filmant la vie du couple Auteuil – Binoche. Les scènes sont longues pour que le spectateur ressente le malaise des personnages… bref, rien à redire côté réalisation, c’est impeccable. Idem pour les acteurs et les dialogues. Une fin quelque peu déroutante qui peut gâcher le film pour les terre à terre comme moi qui aiment bien que les choses soient claires! Du grand art… malgré ce côté « moralisateur bon ton » qui m’agace quelque peu. Prix de la mise en scène au Festival de Cannes 2005.

    Note: 8/10

  • L'Enfant

    medium_18430187.jpgAvec: Jérémie Renier, Déborah François

    Réalisateurs: Jean-Pierre et Luc Dardenne (France, Belgique)

    Année: 2005

    Drame. Palme d’Or à Cannes. Fidèle à leur cinéma, sujet abrupte d’un couple de gamins paumés avec en toile de fond une banlieue grise du nord… le drame avec la vente de l’enfant et l’inconscience de ce père-enfant. Terrible mais sublime, le film est magistral tout comme l’était « Rosetta » qui leur valut leur 1ère Palme d’Or (en fallait-il une seconde malgré tout ? m’est avis que non mais bon), bref, on suit ce parcours glauque à souhait et on s’attache aux personnages excellents sans juger ce geste, du moins la caméra tente de l’amender. Du grand art. Incontournable.

    Note: 10/10

  • Babel

    medium_18659610.jpgAvec: Brad Pitt, Cate Blanchett

    Réalisateur: Alejandro Inarritu (EU)

    Année: 2006

    Drame. Trois histoires, trois pays de cultures radicalement différentes. De très belles images, des acteurs convaincus, une mise en scène maîtrisée et surtout, surtout une grande capacité à filmer le détail, le quotidien. Malgré tout, quelques longueurs, une vision un peu « cliché » de chaque contrée et un scénario finalement trop ambitieux et qui pêche avec une partie japonaise moins bien que les deux autres. Une sorte de Short Cuts mais à la mélo dramatique, le trait est trop forcé à mon goût, rien ne va, les situations sont surlignées, évidemment le couple est en crise avant l’accident, la nounou en situation irrégulière, of course…l’ensemble manque un peu d’optimisme et d’humour, seules les scènes du mariage mexicain apporte de la couleur et la séquence dentaire japonaise un sourire (imaginez maintenant le fantasme des dentistes !). Dernier détail qui à la réflexion ne me plaît pas, mais pas du tout : un certain machisme ambiant, comparaison de trois polices, certes, mais pas une femme dans ce film qui n’ait une responsabilité, les flics, responsables, politiques… sont des hommes ; tandis que les femmes sont une gamine paumée, une nounou, et une femme… blessée, car bien sûr dans ce couple, c’est la femme qui va être touchée… Mitigé. Prix de la mise en scène au Festival de Cannes.

    Note: 6/10

  • Persepolis

    eca2ee7d2b1b86b9efe27f06fc693621.jpgRéalisateurs: Marjane Satrapi et Vincent Paronnaud (France)

    Année: 2007

    Animation. Le film incontournable. Suis pas une fana des films d’animation, mais là rien à redire, le dessin est inventif, l’histoire passionnante (et instructive), les personnages touchants sans être tartes, le tout avec beaucoup d’humour... malgré un certain satisfecit de la réalisatrice qui es vraiment très agaçante. Adapté de la BD de la rélisatrice, il semblerait que ce soit moins "fort"... mais comme je n'ai pas lu la BD, je m'abstiens! Prix du jury au festival de Cannes + deux Césars. Impératif... quoique je révise mon jugement suite à la sortie du film "Valse avec Bachir", exceptionnel: celui-ci est plus amusant et léger et un cran en-dessous. Conseillé tout de même!

    Note: 8/10

  • 12h08 à l'est de Bucarest

    medium_18716386.jpgAvec: Mircea Andreeseu, Teo Corban

    Réalisateur: Corneliu Porumboiu (Roumanie)

    Année: 2007

    Comédie dramatique. Une petite ville de province roumaine à la veille de Noël, seize ans après la Révolution et le départ de Ceausescu. Un journaliste local organise un débat télévisé avec deux habitants pour se rémémorer le fameux jour. Emission qui va partir en vrille avec l'intervention des télespectateurs traitant les invités de menteurs ou d'alcooliques, étaient-ils au bar ou dans la rue en train de faire la révolution?? Original, audacieux, hilarant, un petit bijou que ce film qui réussit à faire rire tout en posant la question de l'interprétation de l'histoire. Décapant. Caméra d'Or à Cannes 2006.

    Note: 10/10

  • De l'autre côté

    460304b02ce802f761a6bbee16a80976.jpgAvec: Baki Davrak, Tuncel Kurtiz

    Réalisateur: Fatih Akin (Turquie, Allemagne)

    Année: 2007

    Drame. Voyages et drames entre la Turquie et l'Allemagne. Après le magnifique "Head-On", Fatih Akin signe un film plus apaisé, émouvant, poétique. Inutile de résumer l'histoire très complexe, malgré des exagérations (tout tourne au drame) et stéréotypes, le film est sauvé par ses acteurs et la mise en scène très maîtrisée. Pas parfait mais déjà très bien. A voir. Prix du scénario à Cannes.

    Note: 8/10

  • Flandres

    medium_18653843.jpgAvec: Samuel Boidin, Adélaïde Leroux

    Réalisateur: Bruno Dumont (France)

    Année: 2006

    Drame. Pas du tout aimé ce Grand Prix du festival de Cannes. Les paysages, les acteurs (ok, sauf elle), l’histoire, la vie en somme, tout qu’il est moche et désespéré… des bourrins s’en vont à la guerre… des scènes de guerre très réalistes, il est vrai. Une volonté de nous interpeller, déranger, mais tout est tellement laid et bestial, non parlé (que des bruits, des sons, voire des grognements) que cela dénature le propos initial au demeurant intéressant… du moins à mon sens! Je ne comprends pas ce que certains critiques trouvent de beau à ce film (ils sont masos?). En option.

    Note: 2/10

  • Indigènes

    medium_18653665.jpgAvec: Jamel Debbouze, Samy Naceri

    Réalisateur: Rachid Bouchareb (France)

    Année: 2006

    Guerre / Historique / Drame. Inutile de vous rappeler le sujet compte tenu du tapage médiatique ! Beaucoup aimé malgré une dernière partie qui s’égare un peu et s’enlise. Le réalisateur évite les clichés mélange l’arabe et le français, une grande partie est sous titrée et ne surcharge pas de scènes de guerre « gores », scènes qui s’enchaînent habilement sans répétition. Nécessaire. Prix d'interprétation masculine à Cannes.

    Note: 8/10

  • Clean

    medium_18382851.jpgAvec: Nick Nolte, Maggie Cheung

    Réalisateur: Olivier Assayas (France)

    Année: 2004

    Drame. Sujet passionnant, émouvant: descente dans l'univers du rock très bien filmée, scénario impeccable, oui mais! Malheureusement il y a un "mais"... sur l'actrice principale qui est magnifique mais trop lisse, improbable en junkie, et toujours aussi lointaine à la fin du film, elle ne réussit pas à faire évoluer son personnage (se rappeler de Courtney Love dans "Larry Flint", vraie junkie émouvante), m'enfin elle a tout de même obtenu le Prix d'interprétation féminine à Cannes. Les autres rôles sont très bien à commencer par Nick Nolte et Jeanne Balibar ecxellente dans un court passage...quant à Béatrice Dalle, elle a tout simplement oublié de jouer! Conclusion: pas mal, à voir tout de même.

    Note: 6/10

  • Il Divo

    18997815.jpgActeurs: Toni Servillo, Anna Bonaiuto

    Réalisateur: Paolo Sorrentino (Italie)

    Année: 2008

    Biopic / Drame. Figure politique incontournable en Italie, Andreotti est un homme froid, insensible, impénétrable. Le film se place au début des années 90 et analyse les coulisses du pouvoir. Pas toujours facile à suivre quand on n'est pas trop au fait de l'histoire italienne car le film va vite sur fond de musique décapante. Mise en scène très moderne pour un homme politique très conservateur, contraste qui fonctionne à merveille, percutant, cynique, porté par une interprétation virtuose. On constate avec bonheur que le cinéma italien revit avec ce film et le récent Gomorra, tous deux primés à Cannes (prix du jury) et on envie ces réalisateurs étrangers qui osent filmer la politique de leur pays sans avoir à attendre 60 ans comme en France. Incontournable.

    Note: 10/10

  • She's so lovely

    9eed518217d485e9c1bd898485dc8741.jpgAvec: Sean Penn, Robin Wright Penn, John Travolta

    Réalisateur: Nick Cassavetes (EU)

    Année: 1997

    Comédie dramatique. Un amour fou et dévorant qui va conduire au drame. Après 10 ans de prison, l'homme du couple va rechercher sa femme qui a refait sa vie avec un autre. Sans morale aucune, un scénario écrit par John Cassavetes, réalisé sans complaisance par son fils épaulé par un couple d'acteurs incroyable. Prix d'interprétation masculine pour Sean Penn à Cannes. Excellent.

    Note: 9/10

  • 4 mois, 3 semaines, 2 jours

    0ec9622016cddb85bfbfa5f3e273ab8d.jpgAvec: Anamaria Marinca, Laura Vasiliu

    Réalisateur: Christian Mungiu (Roumanie)

    Année: 2007

    Drame. Exceptionnel. Un quasi documentaire tellement les actrices et les scènes sont vraies. Dans un climat de suspens, le réalisateur filme avec justesse une situation difficile et évite le manichéisme facile; il a l'intelligence de ne pas filmer ses personnages comme des victimes; tandis qu'il choisit de souligner l'inconscience et l'égoïsme d'une des deux jeunes filles (on a envie de lui coller des baffes malgré le contexte!). Des séquences impeccables tel ce dîner auquel elle est obligée d'assister, on a envie de s'enfuir avec elle tellement les convives sont pesants. Seul bémol sur le plan du foetus... était-il nécessaire, du moins qu'il soit aussi long? Pas sûr. Ce film reste difficile à voir pour une femme... peut-être à cause de ce plan. Palme d'or 2007. A voir absolument.

    Note: 10/10

  • Broken Flowers

    medium_18436297.jpgAvec: Bill Murray, Jeffrey Wright

    Réalisateur: Jim Jarmusch (EU)

    Année: 2005

    Comédie. Grand plébiscite des critiques unanimes devant ce film qui les a laissé babas mais pas cois… du coup face à ce battage, et bien oui, film sympathique… mais si propret, attendu, que de longueurs!! Malgré les apparitions de certaines actrices excellentes (Sharon Stone vraiment extra et Jessica Lange… un peu ravagée maintenant) et une idée de scénario très bien, désolée ça ne prend pas même si c’est très sympathique, un bon petit feuilleton, pas plus. Ca ne marche pas because le réalisateur ne s’est pas foulé (les dialogues sont... linéaires) et surtout parce qu’à mon (humble) avis, il s’est fourvoyé dans le choix de l’acteur principal. Comment imaginer un Don Juan en la personne de Bill Murray (acteur magnifique dans « Lost in translation », un film, un vrai) affublé d’un jogging minable?? Impossible!! Imaginez un peu ce qu’un John Malkovitch aurait fait de ce rôle??? Ahhhhh… et non, on rouvre les yeux et on voit Droopy qui fait la tronche tout seul sur son canapé à 100 000 boules et nous aussi (enfin moi), on se morfond. Tout de même Grand Prix à Cannes, là, vraiment non, je ne vois pas!

    Note: 3/10

  • Gomorra

    18957813.jpgAvec: Salvatore Abruzzese, Gianfelice Imparato,

    Réalisateur: Matteo Garrone (Italie)

    Année: 2008

    Policier / Drame. Film hybride tenant du documentaire et du polar qui prend place dans un immeuble de Naples, laid, en béton des années 60-70 avec des coursives sans fin rappelant efficacement la prison. Où l'on découvre que les malfrats ne sont que des petites frappes sans intérêt aucun, c'est là que réside tout l'intérêt et la force de ce film adapté d'un roman lui-même tiré de faits réels. Acteurs locaux plus vrais que nature, mise en scène digne d'un vrai polar. L'ensemble fait peur, très peur, le système politique est seulement aperçu à travers les malversations sur les déchets mais on se doute que tout le système est gangrené. Quelques personnages tournent le dos au système mafieux mais à quel prix! Réaliste, dur, peu d'espoir... à voir absolument. Grand Prix du Festival de Cannes amplement mérité.

    Note: 10/10

  • Moi, toi et les tous les autres

    medium_18441060.2.jpgAvec: Miranda July, John Hawkes

    Réalisatrice: Miranda July (EU)

    Année: 2005

    Comédie. J’ai adoré ce film, voilà. Il n’y a pas d’action, pas d’intrigue, pas vraiment de scénario… mais c’est le bonheur! Un bonheur de ces moments de poésie dans une vie simple (= tranquille pour les tordus du ciboulot) et c’est chouette! Non, je n’ai pas fumé la moquette! Les images sont belles, les acteurs extras, c’est drôle et émouvant; on est ravi de voir un film américain non stéréotypé, original, décalé… allez, j’ose, j’ose pas… bref « intelligent »… et comme les block busters (ça s’écrit comment ce truc?) ne nous y ont pas habitué. A voir absolument. Caméra d’Or et Prix de la Critique à Cannes, International Filmmaker's Award au festival de Sundance 2005, excusez du peu!

    Note: 10/10

  • Comment j'ai fêté la fin du monde

    medium_18667270.jpgAvec: Dorotheea Petre, Timotei Duma

    Réalisateur: Catalin Mitulescu (Roumanie)

    Année: 2006

    Comédie dramatique. Film roumain retraçant la vie quotidienne d’une famille sous la fin de la dictature de Ceausescu. Le film est animé par l’actrice principale, prix d'interprétation féminine au festival de Cannes, jeune fille ne supportant plus les contraintes et la médiocrité de leur condition. Des longueurs, le fil se perd mais le tout est porté par ces personnages émouvants et surtout les enfants, très bien mis en scènes. Bancal mais vraiment sincère et joyeux.

    Note: 7/10

  • Trois enterrements

    medium_18452675.jpgAvec: Tommy Lee Jones, Barry Pepper

    Réalisateur: Tommy Lee Jones (Etats-Unis)

    Année: 2005

    Drame. Coup de chapeau pour un premier film étonnant et rondement mené. Je vous résume l’histoire : un mexicain est tué au Texas et son ami fait déterrer le corps par l’assassin pour aller l’enterrer sur sa terre natale. Cette épopée nous permet de découvrir des paysages splendides. Outre la leçon sur l’amitié, le sens des valeurs, la réflexion sur la vie, c’est un vrai bonheur de voir un film américain politiquement incorrect : tout le monde il fume, notamment les femmes, tout le monde il baise, en particulier les femmes mariées…et surtout le film aborde un sujet brûlant comme ce soleil du Texas : l’immigration clandestine, les passeurs, le rêve américain. Le tout emmené par de très grands acteurs dont le réalisateur (Prix d’interprétation masculine à Cannes) et Barry Pepper qui a quelque chose de Christopher Walken, bref il est formidable de même que les seconds rôles et…le mort ! Prix du scénario à Cannes. Incontournable.

    Note: 10/10

  • Volver

    medium_18608104.jpgAvec: Penélope Cruz, Carmen Maura

    Réalisateur: Pedro Almodovar (Espagne)

    Année: 2006

    Comédie dramatique. Pas grand chose à dire, c’est tout simplement magnifique…je suis toujours plus prolixe pour les navets, c’est embêtant, mais allez absolument voir ce film !!! J’avais moins aimé « La Mauvaise éducation », mais là, j’adhère à fond, les actrices sont fabuleuses (prix groupé au Festival de Cannes si certains l’ignoraient encore) et ce que j’aime chez Almodovar, c’est que ce sont les hommes qui se font trucider et par leurs femmes en général, jouissif au possible (suffragette moi ?? mais non, mais non, pas mon genre !). Bref, un scénario un peu farfelu mais qui nous emporte, une Penélope sublimissime, des couleurs, des femmes qui se serrent les coudes, une fresque humaine en somme, chaleureuse et attachante. Fortement recommandé.

    Note: 10/10